AUTOGIRE.COM

 

AVANT-PROPOS...

Ce site n'a pas la vocation de se substituer au Bureau Enquêtes Accidents, mais de commenter simplement des accidents ou des incidents d'autogires. Nous n'avons ni les moyens, ni les compétences du BEA pour mener de véritables enquêtes, et souvent nous nous contenterons d'émettre des hypothèses, qui pourrons être confirmées ou infirmées par des informations à postériori. Par contre nous avons une certaine connaissance de la pratique autogire et sommes à l'écoute de tous vos incidents. Dans ce cas, n'oubliez pas de contacter le BEA, puisque ce dernier pourra assurer la pérennité de l'information, qui sait combien de temps durera ce site ?

L'autogire est une activité à risque comme beaucoup d'autres, ce n'est pas en niant ces risques que nous développerons une activité saine, d'ailleurs, dans le milieu aéronautique, nous avons une mauvaise réputation, dûe au statut de "constructeurs amateurs" qui nous a coûté pas mal de rotors cassés... Néanmoins, ne vous laissez pas marcher sur les pieds par les pilotes des autres disciplines qui estiment votre activité trop dangereuse, car l'autogire, même s'il a été inventé dans les années 20, repart de zéro avec quelques machines fiables, quelques instructeurs... et une puissante fédé pour le défendre: la FFPLUM ! Surtout ne l'oubliez pas! sans elle nous ne serions pas grand chose, et certains d'entre nous se rappellent les difficultés d'antan pour trouver un aérodrome qui veuille bien nous accepter.

Par ailleurs, l'accidentologie des autogires ne devrait pas être aussi élevée car dans d'autres pays elle est au même niveau que les autres disciplines. Pensez seulement à nos avantages: les gyros ne décrochent pas, ils peuvent voler très lentement, se poser très court, ils subissent très bien vents et thermiques. En fait, les accidents mortels sont très souvent les mêmes (OIP: Oscillation Induite par le Pilote, et cloche) et dénotent du manque d'instruction et d'entraînement des pilotes. INVESTISSEZ dans une bonne formation, il en va de votre longévité et de celle de votre matériel ! Ce que vous gagneriez d'un côté, vous perdriez le centuple de l'autre !!

Il en est de même du matériel. Méfiez vous des machines de construction amateur, même si on peut parfois tomber sur des chefs d'oeuvre! Optez pour des machines ayant fait leurs preuves ou professionnelles, munies de plans horizontaux de bonnes dimensions, ou mieux d'un centre de gravité surélevé du type Dominator. Consultez votre instructeur avant d'acheter n'importe quoi !

Retrouvez les statistiques de 100 accidents d'autogires aux USA (Tiré du Gyro Fanzine).


Cliquez dans la case en haut à gauche pour consulter la fiche:

01 Casse matérielle: Appareil détruit Blessé: NON Mort: NON Date de l'accident: début 99 Lieu: CHARENTES
Résumé: Crash suite à perte d'une dérive monobloc (construction amateur)

02 Casse matérielle: Appareil détruit Blessé: NON Mort: NON Date de l'accident: juillet 97 Lieu: CHARENTES
Résumé: Machine détruite au roulage, suite à mauvaise conception du train avant (construction amateur).

03 Casse matérielle: 2 Appareils détruits Blessé:
1 grave
Mort: NON Date de l'accident: 2000 Lieu: ?
Résumé: Vol en formation rapprochée puis abordage de 2 autogires en vol

04 Casse matérielle: Appareil détruit Blessé: NON 1 MORT Date de l'accident: été 2000 Lieu: Dordogne
Résumé: Crash suite à absorption d'oiseau dans le rotor English version

05 Casse matérielle: Appareil détruit Blessé: NON
2 MORTS
Date de l'accident: Fév. 01 Lieu: Persan Beaumont
Résumé: Problème moteur puis atterrissage mal géré

06 Casse matérielle: Appareil détruit Blessé: NON
1 MORT
Date de l'accident: Mars 01 Lieu: ?
Résumé: Imprudence (vol basse altitude) puis problème moteur mal géré

07 Casse matérielle: Appareil détruit Blessé: NON
1 MORT
Date de l'accident: 21/04/01 Lieu: Nouvelle Calédonie
Résumé: Mauvais centrage (?)

08 Casse matérielle: 1 rotule cassée Blessé: NON Mort: NON Date de l'accident: 1997 Lieu: Nangis

Résumé: Casse d' une rotule de commandes (construction amateur)


09 Casse matérielle: appareil détruit Blessé: NON Mort: NON Date de l'accident: 18/04/02 Lieu: Coulommiers

Résumé: Autorotation verticale tournoyante mal maîtrisée


10 Casse matérielle: appareil détruit Blessé: NON 1 MORT Date de l'accident: 17/11/01 Lieu: Montsinéry (973)

Résumé: Cas "classique" d'une OIP suite au retrait d'un plan horizontal. Rapport joint du BEA.

ACCIDENT du 16/11/02: DES NOUVELLES !

Nous avons eu des précisions concernant l'accident du 16 novembre 2002, près de Châteauroux.
Tout d'abord, le pilote va bien et se remet gentiment de ses quelques fractures, dont 3-4 côtes (c'est douloureux !) et la clavicule (idem). Bien évidemment, on lui souhaite un prompt rétablissement !
Cet accident illustre la difficulté de vous informer en temps réel des évènements puisque je vous ai raconté quelques "âneries", même si, sur le fond, je n'avais pas tort. Par ailleurs, le BEA a ouvert le dossier, et sera le seul à pouvoir nous fournir une véritable enquête aéronautique.

Les faits: Il s'agissait du premier vol d'un pilote (10h de formation), sur une machine de sa construction (?) n'ayant jamais été essayée par un instructeur, dont la particularité est d'être équipée de palonniers type pendulaire (pied à droite = lacet à gauche) avec gaz aux pieds, et sans empennage horizontal.
Après quelques semaines de roulage, le pilote a commencé normalement des "sauts de puce". Après un roulage "rapide" sur 300 m (Avait-il tout ses tours au rotor?), la machine est montée à 6-10 m puis est retombée en arrière sur le moteur.

Concernant la cause exacte de l'accident, nous ne pouvons rien dire avant que le BEA rende sa copie. Par contre, il est important d'en tirer quelques enseignements:
1- Tout d'abord, un pilote débutant ne doit pas essayer de machine n'ayant jamais volé, il doit confier cette mission à un instructeur car on ne s'improvise pas pilote d'essais avec si peu d'heures d'expérience.
2- Evitez les machines comportant des particularités de pilotage tel que les palonniers type pendulaire, et/ou avec les gaz aux pieds, si vous n'avez pas été formé sur ce type de machine. De plus, votre instructeur n'étant pas plus habitué que vous, risquera de refuser l'essai de votre gyro.
3- Mettez un empennage horizontal ! Cela fait des années que nous communiquons sur cette nécessité afin d'obtenir une bonne stabilité longitudinale. Des articles ont paru à ce sujet dans Vol Moteur, dans Rotorcraft du PRA. Enfin, un commentaire d'accident du BEA démontre cette nécessité:
http://www.bea-fr.org/francais/rapports/rap.htm
4-
Lorsque vous faîtes du roulage, faites-le en présence d'un instructeur ou d'un pilote expérimenté. La radio serait une aide précieuse.
5- Lorsque vous faites les essais d'une machine, utilisez une piste en herbe et non en dur comme c'était le cas ici. Quelques fractures auraient pu être évitées à notre malheureux pilote... D'ailleurs, lorsque vous effectuez les essais d'un autogire CNRA (non ULM), la réglementation vous l'impose, le bon sens aussi...


Hervé TERRASSON, le 20 janvier 2003..

ACCIDENT:

Nous venons d'apprendre qu'un accident d'autogire a eu lieu récemment occasionnant 2 personnes blessées assez gravement puisque brûlées suite au crash, et auxquelles nous espérons un prompt rétablissement.
Nous n'avons pas beaucoup de renseignements concernant cet accident.
Cela se serait passé juste après le décollage du gyro biplace, qui aurait fait une vent arrière pour des raisons inconnues, puis se serait crashé.
Sans connaître les circonstances exactes de l'accident, nous rappelons qu'en cas de panne moteur ou de perte de puissance, il ne faut pas essayer de rejoindre à tout prix la piste à moins d'avoir l'altitude et/ou la vitesse suffisante. Suite à un décollage, avec ou sans problème moteur, il faut être particulièrement méfiant lorsqu'on aborde la vent arrière, et si la configuration du lieu impose un virage, il faut le faire avec un inclinaison faible. Piloter un gyro, c'est gérer une portance, une vitesse, mais surtout une énorme traînée ! Ceci explique pourquoi il faut une centaine de chevaux pour voler correctement en biplace.

Si vous vous retrouvez dans cette mauvaise posture: vent arrière+faible altitude+gaz à fond, et que vous voyez le sol qui se rapproche, de 2 choses, soit votre altitude est suffisante, alors mettez du manche avant pour réduire la traînée et acquérir de la vitesse en évitant surtout de toucher le sol avec la roue avant. Par contre, si votre altitude est insuffisante pour piquer, ne cabrez pas plus votre machine ce qui créerait plus de traînée, mais gardez votre manche tel quel en serrant les fesses, quitte à faire un flare au tout dernier instant.
A noter que cette configuration est rarement dangereuse puisqu'elle s'ensuit généralement d'un posé dur sans gravité pour le pilote, et éventuellement d'un renversement de la machine si le choc est trop violent ou si le chariot n'est pas dans l'axe.

HT le 16 juin 2002.


HOME