AUTOGIRE.COM

- BLOIS 2002-
les 31 août et 1er septembre

Retour à la page d'accueil

BLOIS 2002: Un super cru !

Très bonne année pour Blois puisque les principaux professionnels de l'ULM étaient présents et le public aussi ! Les multiaxes "haut de gamme" ont bien sûr beaucoup attiré les regards, mais le ticket d'entrée est inaccessible pour la plupart d'entre nous... Une mention spéciale pour le WD Fascination qui croise à près de 300 km/h et coûte 68 000 €...
Les autogires, étaient relativement peu nombreux, mais quelques belles machines ont démontré que nous pouvions tenir la dragée haute aux autres appareils...

 

Eric CHANGEUR:

Le représentant Magni, n'est malheureusement pas venu avec son M19 entièrement caréné, car il devait nous présenter son nouveau multiaxes "Storch" dont les capacités de vol lent sont au moins semblables à un gyro ! Nous avions hâte de voir cela, mais, comble de malchance, son moteur 912 S faisant partie d'une mauvaise série, Avirex a demandé aux propriétaires de ne pas les utiliser en attendant que le problème technique soit résolu... Dur ! lorsque vous êtes professionnel et que vous voulez présenter une nouvelle machine à Blois !
Ceci dit, 4 Magni étaient présents, et Eric en a profité pour nous faire des superbes démonstrations.

Maurice's Magni M. Maurice


AIR COPTER:

Etait également présent Jean-Pierre DOLEAC, qui propose des rotors en alu extrudé, porte pales, ainsi que des kits d'autogires monoplace et biplaces.

LES ROTORS:


Deux types de rotor sont proposés: un profil 23112 de 180 mm de corde, et un NACA 8H12 de 200 mm de corde. La coupe se fait au mètre et les rotors sont livrés équilibrés et essayés en vol.

TARIFS (Jusqu'au 31/12/02) pour un rotor complet (Pales+porte pales+visserie):


- 2081 € (13.651 FF) pour un rotor de 7,30 m maximum, convenant pour un monoplace jusqu'à 250 kg
- 2332 € (15.298 FF) pour un rotor de 8 m maximum, convenant pour un mono de 300 kg maxi ou bi de 350 kg.
- 2676 € (17.555 FF) pour un rotor de 8,50 maximum, convenant pour un biplace de 450 kg maxi.

Coordonnées:

AIR COPTER sarl
Zone d'activité ULM - aérodrome de LHERM
31600 MURET - Haute Garonne

Tél/répondeur/fax: (33)
J.P DOLEAC: 05.34.46.11.11
Mobile: (33) 06.16.58.04.95

ou Thierry TENNEGUIN: 06.18.49.80.62

Site web: http://aircopter.chez.tiscali.fr

SOUS-ENSEMBLES D'AUTOGIRES:

ATTENTION LES TARIFS ONT CHANGE !! VEUILLEZ CONSULTER LE FICHIER CI-JOINT:

Tarif Doléac 2003 (PDF).


Pale nue livrée au mètre: profil NACA 23112 ou 8H12 (mini livraison de 8 mètres)

1.264 € TTC (soit 8.292 FF)

Lot accessoires pour rotor avec notice de montage

558 € TTC (soit 3.660 FF)

Balancier rotor pour tête de 80 mm

279 € TTC (soit 1.830 FF)

Poutre profil en H extrudé alliage alu type 6005 T5 anodisé. Carré de 65x65, 115 mm avec aillettes. Epaisseur de 2,5 mm, livré en longueur de 6 mètres, débitée en 2 barres de 4 et 2 m (Tube mât et tube quille). Poids: 14 kg

600 € TTC (soit 3.936 FF)

Ensemble tête rotor avec moyeu, commande, cardan et démarreur électrique 12 V prêt à monter

1.934 € TTC (soit 12.687 FF)

Ensemble commandes de vol avec bielles, rotules, et ensemble manche tangage/roulis prêt à monter

927 TTC (soit 6081 FF)
LES AUTOGIRES:
Air Copter propose des kits d'autogires monoplace, et biplace. Celui qui nous a été présenté à Blois était la version entièrement carénée encore à l'état de prototype. Ce modèle est équipé du Rotax 912 S. La structure est constituée de poutre en H en alu 6005 T5 que distribue la marque. Le prélanceur est un démarreur électrique, solution peu performante mais simple, économique et relativement légère. Le prix de cette machine n'est pas encore fixé mais devrait tourner dans les 50.000 €.




HENRI LASCOMBES:

Henri est l'un des "anciens" de la construction amateur d'autogires. Il fait partie de ces gens affables et si charmants ! Il est aussi un constructeur terriblement efficace, capable de joindre la mécanique à l'esthétique... Mais aux questions maintes et maintes fois posées ce week-end: Vas-tu "industrialiser" tes machines? Quand vas-tu faire une machine biplace ? La réponse est la même: "Je ne sais pas, mais de toutes façons, pour devenir millionnaire dans l'autogire...il faut commencer milliardaire !!"
Voilà, les dés sont jetés: il y a peu de chances que vous puissiez voler avec l'une de ces machines. De toutes façons, une telle "oeuvre" couterait dans les 20-25.000 €... et dépendrait du bon vouloir du créateur.

Pour l'occasion il nous a présenté deux gyros: l'un fabriqué pour un ami et le sien, le jaune et le rouge. Lorsque j'en ai fait le tour, le jeu consistait à en trouver les défauts... et bien, ce n'était pas évident du tout ! Mais autour des multiples bonnes idées, j'ai trouvé quelques bogues ! Non mais ! ils sont terribles ces constructeurs de génie !!

Commençons donc par les critiques, ça sera plus rapide... Tout d'abord, ces machines ont un centre de gravité assez bas et nécessitent un plan horizontal de bonne dimension, ce qui n'est pas vraiment le cas. Aussi, l'une des deux était équipé du Rotax 618 de 75 cv, ce qui paraît surpuissant pour une machine aussi peu stable. Bref, ces machines ne sont pas destinées à des débutants !
L'autre anomalie qui me saute aux yeux est le fait de "pincer" ses tubes, soit pour les profiler (ex: renforts de train) ou pour en faire des pièces fusibles (Ex: tube mât au dessus de l'articulation). Or, pas la peine de fragiliser des pièces structurelles de l'appareil, cela en diminue d'autant le potentiel.
Enfin, les rotules de commandes de 8 mm sont parfaitement proscrites sur autogire !

L'ESTHETISME:

A part ça que du bon !
D'un point de vue esthétique tout d'abord, Henri a mis une barre de compression, qui permet, non seulement de rigidifier la structure, mais surtout de protéger le pilote en cas de collision avec une ligne, il est vrai qu'on vole parfois très bas en autogire ! Cette barre a été installée aussi pour des raisons esthétiques. En effet, sa courbure rappelle la bulle d'un hélico, d'ailleurs, Henri va bientôt en créer une pour fermer complètement la machine... La barre donne du volume à un autogire relativement dépouillé, il en est de même de la petite plaque décorative qu'on aperçoit juste derrière la roue avant.
En définitive, ces machines sont vraiment bien finies, de nombreuses pièces sont chromées (Tel le manche), et les siège et réservoir en composites sont du plus bel effet ! Henri a même installé un "support à jambes"... En fait, il a remarqué que la postion de vol en autogire était parfois un peu fatiguante pour les jambes écartées, c'est pour cette raison qu'il a travaillé un tube afin que ce dernier puisse tenir les genous rapprochés. D'où une fatigue moindre... Inutile de dire que c'est un gars du Sud !!

LA TECHNIQUE...

En ce qui concerne la partie technique, l'appareil est à la hauteur ! En effet, le système du prélanceur à cardans installé au chausse pied assure, aux dires de l'intéressé, un prélancement à 320 tours !! Malheureusement cela ne sert pas à grand chose au delà de 270 tours puisque de toutes façons vous êtes contraint de rouler pour acquérir la vitesse minimum. De plus, prélancer aussi fort donne un effet de couple qui risque de faire tourner l'autogire sur lui-même, sans compter les contraintes de la structure... Mais la performance est là !
Le prélanceur sert aussi de blocage du rotor au sol, avec un système évitant un embrayage inopiné.

Autres idées intéressantes: le mât est en 2 parties, afin de modifier facilement le centrage de la machine. La commande de prélancement et le frein sont placés aux pieds du pilote, juste derrière les palonniers, avec 2 pédales chromées du plus bel effet ! Ca a l'avantage de libérer les mains de toutes ces commandes encombrantes. Les butées de commandes sont en tête de mât, ce qui résoud les problèmes à leur origine...
Engin, une astucieuse petite pièce en tôle permet de bloquer le manche en position avant et centrale. L'avantage de ce genre de système est de maintenir (au sol ou sur remorque) votre timonerie de commande au neutre, et donc de préserver les rotules. L'inconvénient de certains de ces systèmes est de pouvoir immobiliser le manche en plein vol...glups ! Ne rigolez pas c'est déjà arrivé !!
Or notre ingénieux Henri a trouvé la parade: Pour dégager le manche, vous poussez la plaque pour libérer l'ergot, puis celle-ci revient en arrière. Sur celle-ci il y a un petit décrochement qui fait que si vous poussez le manche, celui-ci vient buter sur la plaque empêchant l'accrochage ! Bien vu !

 





Le "repose jambes":


Le mât en 2 parties et un pincement fusible:

Une plaque qui maintient le manche:

Le prélanceur: